Accueil > Culture G, Réseaux sociaux > Guide pratique de vie privée sur Facebook

Guide pratique de vie privée sur Facebook

Aujourd’hui je souhaitais envisager la question de la confidentialité sur les réseaux sociaux mais plus précisément sur le plus utilisé en France : Facebook. Pourquoi aborder seulement aujourd’hui un sujet qui a déjà été vu et revu des milliers de fois sous des milliers d’angles ? Tout simplement car je suis fraichement sous l’influence d’une assez bonne lecture qui fait le tour de la question de manière assez sympathique mais surtout très abordable : « Facebook : mes amis, mes amours… des emmerdes ! ou la vérité sur les réseaux sociaux » d’Olivier Levard et Delphine Soulas.

L’ouvrage se découpe principalement en trois parties, la première faisant le topo des réseaux sociaux en ligne. On y découvre que Facebook n’est pas le leader international mais qu’il fait toujours face à une concurrence certaine avec par exemple Orkut au Brésil, QQ en Chine (si si !) ou encore l’indétrônable Mixi au Japon dont le mode de communication est bien plus adapté à la culture nippone dont les utilisateurs s’expriment par le biais d’avatars mais surtout de manière moins égocentrée. On pourra également y trouver un bref récapitulatif de la success story de ce réseau social dont l’ascension fulgurante est principalement due aux "news feed" (en français fil d’actualité) qui a vu le jour en 2006 et qui a définitivement offert à ses utilisateurs la possibilité de s’exprimer toujours plus.

La seconde partie fait état de nombreux exemples de comportements aussi drôles que choquant. On constate que la quête effrénée du plus grand nombre d’amis conduit à une dévalorisation des véritables amitiés et on comprend au fil des pages que si les réseaux sociaux représentent une invention des plus importantes de notre époque, il n’en reste pas moins les risques que leur utilisation peut comporter ; perte d’emploi, problèmes au sein du couple, usurpation d’identité, détournement d’argent, utilisation des informations fournies à des fins frauduleuses, agressions verbales ou physiques, et dans les pires des cas, homicide, la liste est bien trop longue pour en faire ici le détail.

La troisième partie du livre évoque l’exploitation des réseaux sociaux par les marques, (il fallait bien que des revenus soient engendrés !). Il y a à ce sujet deux points de vue : le premier c’est que les marques utilisent désormais un nouveau mode de communication plus centré sur les réels besoins des consommateurs. Désormais, il est possible pour un consommateur lambda d’exprimer son intérêt pour un produit avec les pages «  fan », (« J’aime » depuis 2010). Vos contacts sauront que vous aimez le Nutella, que vous avez adoré le dernier film de votre acteur préféré, etc. Jusqu’ici, je n’apprendrai rien aux fervents utilisateurs de Facebook. Mais cet aspect représente un atout majeur pour les marques qui peuvent obtenir des informations sur les habitudes de consommation, mais qui vont également  faire de leur « mur » un espace d’expression pour les consommateurs. Ces informations sont cruciales pour les entreprises.

Le deuxième point de vue présente plutôt Facebook comme un « marchand de profils » et comme un outil d’espionnage pour les marques. Un outil de recherche,  le Lexicon, auquel les auteurs font référence, permet de scanner les pages de Facebook afin de repérer ce qui se dit sur les marques. Ou encore, le système des « engaged ads » qui utilise les termes employés par les utilisateurs dans leurs communications pour proposer de la publicité en relation avec vos dires. Ainsi, si j’envoie un message à un de mes contacts dans lequel je lui dis que j’aurai bien besoin de vacances, mais que je n’en ai pas les moyens, Facebook me proposera des publicités pour des vacances économiques sur la colonne de droite de ma page. Beaucoup considèrent ce type de pratiques comme étant intrusives. D’autant plus que Facebook a accès des informations qui vont bien au-delà de l’âge et du sexe, en effet, une grande majorité des utilisateurs renseignent les paramètres tels que les opinions politiques, les centres d’intérêt, la religion ou encore les préférences sexuelles. On peut également considérer qu’une marque est tout à fait libre de censurer les arguments qui jouent en sa défaveur sur le mur. Peut-on alors, dans cette optique considérer que les marques offrent à leurs consommateurs un espace de libre expression ?

En bref, cet ouvrage résume assez bien les principaux questionnements autour des réseaux sociaux et j’ai réellement trouvé ce livre enrichissant. Une idée m’est alors venue à l’issue de cette lecture ; peut-on considérer que le grand public a connaissance des outils de confidentialité que Facebook met à sa disposition ? J’ai fait le sondage auprès de quelques uns de mes contacts sur Facebook et il s’est avéré que trop peu en voient l’utilité. J’ai donc décidé de mettre au point un petit guide de base à l’usage de tous les facebookeurs et facebookeuses dans lequel je décris de quelle manière vous pourrez utiliser en toute sécurité vos réseaux sociaux sans craindre les répercussions des personnes qui pourraient vous nuire.

En effet, qui ne s’est pas déjà retrouvé dans la situation délicate de voir en demande d’ajout à sa liste d’amis sa mère, son collègue de travail avec lequel on s’efforce 5 jours par semaine de rester poli ou encore son patron ? Comment ne pas nuire à sa vie privée tout en y laissant s’introduire des personnes non désirées dont on ne veut pas heurter la susceptibilité ?

Aujourd’hui, il ne faut pas rester sans savoir que Facebook ne se restreint plus à un usage personnel mais tout aussi bien professionnel que familial. Alors comment faire ?

GUIDE PRATIQUE DE VIE PRIVEE SUR FACEBOOK ou petite leçon sur Fessebouc

1ère étape : Classez vos contacts

étape 1

Pour classer vos contacts par liste, cliquez donc sur l’onglet de droite "Gérer la liste d’amis".

Ensuite, séléctionnez la liste "Amis" dans la colonne de droite :

Ainsi, vous aurez accès à votre liste d’amis et vous constaterez en tête de page qu’il vous est possible de créer une liste.

Choisissez un nom pour votre liste, ici j’ai choisi (à titre d’exemple) de nommer "Les nuisibles" la liste qui comprendra toutes les personnes auxquelles je restreindrai toutes mes informations :

Dès lors qu’une liste est créée, vous pouvez sélectionner tous les contacts que vous souhaitez voir apparaitre dans la liste. Cette liste est modifiable à souhait, en revenant à la gestion de vos contacts comme expliqué précédemment :

Comme vous le voyez dans l’exemple ci-dessus, j’ai placé mon patron dans une liste que j’ai appelée "professionnels"

2ème étape : Gérer la confidentialité de vos fils d’actualité

Vous avez décidé d’écrire une actualité mais vous ne voulez pas que tous vos contacts puissent lire, comme dans l’exemple ci-dessous "Je déteste travailler et j’aime faire la fête", non pas que ce soit mon cas mais j’imagine que je n’aurai pas envie que mon patron puisse lire ce genre d’information. Et c’est ici qu’intervient votre joli petit cadenas (que vous n’aviez peut-être jamais remarqué  jusqu’ici) :

Vous pouvez décider que cette information soit publique "Tout le monde", ou bien que les amis de vos amis puissent la voir, vos amis seulement ou vous pouvez personnaliser la visibilité de manière plus précise :

Et voilà le travail !  C’est aussi simple que ça ! Et si vous ne voulez pas vous embêter à refaire cette manipulation à chaque fois, vous pouvez cocher la case "Utiliser ce paramètre par défaut" afin que chacune de vos actualités ne soit jamais visible à vos contacts professionnels (ou nuisibles…) !

3ème étape : Protégez vos images

Cette étape est la plus simple de toute car, contrairement à notre très utile mais pourtant discret cadenas, elle est très accessible et visible. Lorsque vous créez un album photo, pensez à déterminer quelles personnes peuvent y avoir accès. N’oubliez pas que l’on a très vite fait de créer un faux profil sous lequel on pourrait commettre des délits, avec seulement  quelques unes de vos photos.

4ème étape et dernière étape : Spécifiez vos paramètres de confidentialité

Cliquez donc sur l’onglet "Paramètres de confidentialité" comme ci-dessus, vous accéderez aux paramètres par défaut de vos informations :

Ici aussi, gardez bien à l’esprit que des informations telles que vos opinions politiques, religieuses ou sexuelles peuvent jouer en votre défaveur dans votre environnement professionnel ou encore vous pouvez vous mettre en danger si votre adresse postale est à la portée de personnes que vous ne connaissez pas ou trop peu. Encore une fois vous pouvez paramétrer la confidentialité de ces informations grâce à l’onglet "Personnaliser les paramètres".

Voici donc, selon moi, des principes essentiels dont nous devrions tous nous servir pour éviter le pire sur Facebook et ceci devrait assurer un minimum de sécurité aux incontrôlables   "jeracontetoutemaviesurfacebookistes" mais également persuader les réfractaires de Facebook qu’il est aussi possible d’y préserver son intimité avec un peu de bonne volonté…

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d bloggers like this: